A Saint-Quentin-la –Poterie (30) /Galerie Terra Viva / du 11 juin au 2 août
Avec les artistes Adeline Contreras, Daphne Corregan, Yoshimi Futamura, Isabelle Leclercq, Martha Pachon, Rodriguez Ingrid Van Munster.

A l’origine de cette exposition, un constat, celui de la récurrence d’une forme chez les céramistes contemporains : le cocon. De ce constat, une envie : explorer comment le mystère des origines habite l’oeuvre de quelques artistes choisies pour la singularité de leur style et de leur univers.

Dans sa rondeur, la forme ovoïde affirme volontiers sa filiation avec le bol, à la fonction première et nourricière. Clos sur lui-même, il devient le symbole de la matrice originelle. Souple, vibrant souvent, il incarne le mystère de la genèse comme le font les enroulements de terre d’ Isabelle Leclercq.

Métaphore parfois du ventre maternel, comme les « two bellies » de Daphne Correganen restituent une image énigmatique, il peut aussi prendre la forme d’habitats singuliers et primitifs chez Adeline Contreras qui mêle la terre au textile.

Ouvert, percé ou transpercé, il exprime, chez Yoshimi Futamura, l’énergie première de la vie ou affirme un lien intrinsèque entre notre monde et le cosmos dans les céramiques d’Ingrid Van Munster. Il peut aussi témoigner, par la fascinante attraction exercée par son ouverture, du mystère de la sexualité, source de toute vie, dans les « Objets de séduction » de Martha Pachon Rodriguez.