Cathy Pech, Artistes à suivre : « Proposer un événement vivant, festif, et ouvert sur le monde nous semble primordial »

Artistes à suivre réunit 59 artistes sur 9 communes du 25 au 28 mai prochain. quel en est le concept ?

Cathy Pech : Artistes à suivre se veut avant tout un lieu d’échange et de découverte entre artistes, visiteurs et population locale, et fait entrer l’art contemporain dans le quotidien de tout un chacun. Proposer un événement vivant, festif, et ouvert sur le monde nous semble primordial. Toujours surprendre, ne jamais présumer, faire fi des barrières, et rêver…

Cet événement mêle l’art et les territoires ruraux. Pourquoi ?

Pour y vivre mieux !

C’est un des premiers défis de l’association dans une zone de grande ruralité, loin des principaux axes culturels pour présenter des expositions de qualité. Rien n’aurait pu se faire sans la participation des communes partenaires, les associations villageoises et les particuliers qui mettent à disposition leurs maisons, organisateurs et artistes qui s’impliquent pour que granges, églises, salles municipales ou lieux privés deviennent de véritables galeries, éphémères, et parfois insolites…

Le travail de territoire et d’échange artistique est un point essentiel de notre démarche. La dynamique qui s’est installée aide les artistes à évoluer, les villages à vivre culturellement, et le public à découvrir aussi bien des travaux de grande qualité que des villages de caractère d’un des plus beaux territoires du piémont pyrénéen.

Comment avez-vous sélectionné les artistes ?

Les critères portent essentiellement sur l’originalité de la démarche,  la cohérence du travail présenté, la maitrise des techniques. Les artistes sont issus de tous les horizons géographiques, et représentent toutes les disciplines.

Nous tenons à l’éclectisme des travaux proposés. Ainsi, dans notre monde rural loin des grandes autoroutes de la

Tania Fuenzalida

culture, cela facilite d’une part l’accès à un public néophyte à l’art contemporain, les œuvres plus « accessibles » servant de marche-pied, ou de prétexte à rencontre, vers un art plus « savant » ou plus difficile d’accès. Cet éclectisme est un véritable moyen de sensibilisation et d’accessibilité à la création contemporaine.

Quels sont les supports que vous mettez à la disposition du public ?

Un visuel « décalé », renouvelé chaque année, que nous confions à Stéphane Servant, devenu reconnaissable immédiatement. Pour nous, il exprime notre identité : la joie, l’ouverture, la fête, la liberté .

Helene Blondin

Notre outil majeur pour le fidéliser et le sensibiliser reste notre catalogue qui consacre une pleine page à chaque artiste. Dans notre zone rurale excentrée, c’est un outil de désenclavement majeur, que le public amateur ou professionnel conserve, comme un annuaire d’artistes.

Y a t-il des événements associés au parcours ?

Une trentaine d’événements « arts vivants »( théatre, danse, performances, lectures, concerts, etc. ) des dégustations, des ateliers pour enfants sont organisés en périphérie des expositions.

Ainsi, au fil des années, même si la priorité de ARTISTES A SUIVRE reste la présentation d’arts visuels sous toutes leurs formes, la manifestation est devenue un véritable festival de tous les arts. En tant qu’organisateurs nous ne voulons pas en rester là. Depuis 2016 nous nous investissons avec les communes pour des résidences d’artistes auprès des scolaires et des habitants des villages. En 2017, des journées spéciales porte-ouverte pour les écoles en dehors des dates de la manifestation valoriseront la rencontre entre élèves de primaire et de maternelle, et les artistes qui prendront le temps de leur expliquer leur travail et le métier d’artiste.

Pour retrouver toute la programmation par villages, artistes et associations rendez-vous sur :

www.artistesasuivre.org