Jean-Claude Géraud, fondateur de City of Talents

Jean-Claude Géraud a toujours baigné dans la culture street. Toulousain, passionné d’abord par le skate, il s’est rapidement intéressé au street art. Entouré d’artistes, il a eu l’idée pertinente de se mettre à leur service en créant l’agence City of Talent qui fête ses 2 ans cette année. Nous l’avons rencontré.

 Art Dans l’Air : City of Talents fête ses deux ans cette année ?

Jean-Claude Géraud :  Oui, cette année l’agence fêtera ses 2 ans. Nous organiserons une exposition spéciale prévue à cet effet, la date n’est pas encore définie… Tout au long de l’année, nous allons mettre en place des expositions afin de promouvoir nos artistes dans notre superbe ville ainsi qu’à l’étranger.

Concernant les prochains mois, il y aura une exposition prévue le 3 mars à la Villa Tropézienne à Toulouse. S’en suivra une autre en partenariat avec le magasin South Painters, du 10 au 12 mars, dans un lieu tenu secret pour l’instant, avec 50 artistes. Et pour finir en beauté, nous organisons une exposition 100% graffiti avec l’Institut Catholique (ICT). Pour cette exposition, les artistes sont des acteurs majeurs du graffiti toulousain : Der, Lenz, Siker et Tober. Tenez vous au courant de ces prochains événements qui seront relayés sur notre page Facebook City Of Talents et sur notre Instagram.

   ADA : Vous êtes donc à la tête de City of Talents depuis 2015. Pourquoi avoir créé cette agence ?

J-C.G : En 2015, J’ai créé City of Talents en auto-entrepreneur pour dynamiser la culture artistique toulousaine. Mes amis artistes m’ont motivé dans cette démarche.  À la base je pensais créer cette entreprise pour le fun et par challenge personnel. Je me suis donc lancé dans cette nouvelle aventure, qui grandit petit à petit, et dans laquelle je m’épanouis. Cela change tout le temps, les expositions, le contact avec les artistes, chaque projet est différent, c’est ce qui m’attire dans la vie, je déteste tout ce qui est monotone… J’aime fédérer des équipes et surtout, j’essaie de faire avancer les choses pour ma ville et pour les gens qui sont motivés.

Notre ville est un joli vivier d’artistes, c’est pour cela que j’ai nommé l’agence  » City of talents « . Le but est très simple : il consiste à assurer la promotion des artistes issus du milieu du Graffiti et du street art. En gros, je suis un peu comme un agent, je fais le lien entre les artistes et les galeries, les marques ou les particuliers qui souhaitent travailler avec nous… 

 D’où vient votre passion pour le street art ?  Avez-vous des artistes références ?

J-C.G : Ma passion pour le street art a toujours été liée à la pratique du skate. Le graffiti est un art illégal, un peu comme le skate. C’est ce côté interdit qui me séduit. Dans les skateparks, il y avait des tags, de graffitis et des peintures qui m’ont toujours interpellé mais c’est depuis 2 ans que j’ai commencé à m’y intéresser plus sérieusement. Ça en est même presque devenu une obsession. Chaque fois que j’ai un peu de temps je surfe sur les réseaux sociaux pour découvrir de nouveaux artistes.

Grâce à cette agence et au fait que je côtoie le milieu, je comprends mieux les différentes techniques et processus de réalisation de peinture. C’est cool car je m’entends très bien avec mes artistes. Et ils me véhiculent leurs connaissances, c’est très important.

Après, j’aime les deux courants, que ce soit le graffiti ou le street art. Mes  graffitis artistes préférés sont Tilt / Tober / Siker / Lenz / Der / Pro176 au niveau national. Mais ce sont quand même des stars internationales pour certains. Sinon, au niveau mondial, Seen / Sliks / Sofles / Peeta / mode2 / Crash,… Je m’arrête là car il y en a pleins d’autres… Au niveau du street art, il y a Os Gemeos / Etam cru / Hopare / Banksy / Blek le rat / Cleon Peterson / Aryz…

Art_dans_lair_rencontre_city_of_talent

Hopare

 Vous rassemblez de nombreux artistes internationaux, Comment les sélectionnez-vous ?

J-C.G : Comme je vous l’ai dis, je surfe beaucoup sur les réseaux sociaux comme Instagram et sur les sites spécialisés comme allcityblog, 1xrun… et je choisis les artistes qui me plaisent. J’essaie de créer une équipe à l’image de City of Talents et choisir des artistes qui semblent avoir un bon potentiel de progression et d’évolution artistique. Après je suis encore novice… Ensuite, je propose ma vision aux artistes que je contacte avec des projets que je leur soumets. Personne n’est forcé de rejoindre le groupe, mais si c’est le cas, chaque artiste doit être avant tout humble, motivé et ouvert. j’ai vraiment envie de créer une famille, un crew où tout le monde se sent bien à sa place…

 Quel type d’événement pour promouvoir les artistes de l’agence ?

J-C.G : Les événements de prédilection pour promouvoir les artistes restent avant tout les expositions personnelles ou collectives dans les galeries. Il y a également la participation à des festivals de street art où les artistes réalisent de grandes fresques sur des façades. C’est sur ce type d’événement où les artistes sont le plus visible et où ils peuvent donc accroître leur notoriété.

Après, nous avons pu travailler en collaboration avec des marques, mais c’est un peu plus compliqué… Nous organisons au niveau local des expositions mensuelles dans le bar de mon ami Theara  » Marché Noir » au Carmes. Je vous conseille d’y passer faire un tour, l’accueil y est super et l’ambiance au top. Les événements illégaux me plaisent aussi mais ne sont pas appréciés de tous et sont compliqués à organiser…

ARt_dans_lair_city_of_talents5

Sliks

 Des collaborations avec des structures locales et nationales ? 

J-C.G : En 2015, nous avons réalisé un partenariat avec la Marque de lunettes Jimmy Fairly, à l’occasion des 1 an de la marque. Nos artistes Toncé et Tober ont réalisé une fresque sur la vitrine du magasin à Toulouse.

Nous avons aussi pu collaborer avec Amsterdam street art qui nous a permis de participer à un petit festival de street art. C’était notre première exposition à l’étranger avec l’agence. L’artiste montpelliérain Maye y a exposé à la « Go gallery » et a réalisé une fresque pour l’hôtel qui nous hébergeait.

Nous avons aussi réalisé un partenariat avec la marque toulousaine d’ordinateurs Kubb. Hopare, Alex, Der, Jo Di Bona ont customisé les coques de cet ordinateur nomade en forme de cube. Cette année, nous allons collaborer avec la marque de sonorisation haut gamme La Boîte Concept. L’artiste parisien Bust the Drip customisera une enceinte pour la sortie d’une édition limitée.

 On fait souvent le parallèle entre musique, art et sport urbain…

J-C.G : La musique, l’art et les sports urbains ont toujours évolué côte à côte. Ces formes d’expressions artistiques sont intimement liées à la culture de la rue.

Depuis les années 80, elles ont évolué ensemble et façonné notre street culture. Pour moi, l’art, la musique et les sports urbains sont des médiums indissociables. Ce sont des formes d’expression différentes mais qui se rattachent au même point commun et ont à peu près les mêmes codes et critères de jugement (style, démarche artistique, dépassement de soi, reconnaissance, accomplissement personnel…).

 Vous avez également créé « Roule petit Ougandais ». Vous aimez le terrain associatif…  

J-C.G : Oui en effet, cette association a pour but de venir en aide à des jeunes skateurs Ougandais, d’où le nom « Roule petit Ougandais ». Nous leurs envoyons du matériel de skate car ils n’ont pas assez de fonds pour s’en procurer. Là-bas, les skateshops sont inexistants. Également, grâce à des événements caritatifs, toujours liées à l’art, nous avons pu récolter des fonds destinés à la création d’un skatepark en Ouganda.  À cette période, j’étais sponsorisé par le magasin Okla Skateshop, qui nous a bien aidé pour envoyer du matériel – merci a Rosette pour ses dons de planches – ainsi que Posca, Jart Skateboard et Vans.

 C’est pour ces raisons que le terrain associatif m’a toujours attiré. J’aime beaucoup donner aux personnes, ça doit venir de mon éducation. Mais j’aime surtout aider les plus démunis. C’est pour cela que j’ai créé mon association.

RPO in Madrid september 2016 from Roulepetitougandais on Vimeo.

 

Toute l’actu de City of Talents sur la page Facebook

□ Si vous étiez : 

– un film : Only lovers left alive de Jim Jarmusch 

– un son : Interlude de London grammar / morceau : walk on the wild side de Lou Reed / artiste musical : Asap rocky

– un objet : un bracelet 

– un instant : contempler une aurore boréale