« Il était deux fois », photos et gravures sensibles

Elisabeth Keh-ChalasLaurence BriatElisabeth Keh-Chalas

Laurence Briat et Elisabeth Keh-Chalas ont un long parcours commun avec la gravure qui les ramène à l’Atelier d’encadrement Laurence Allais du 12 mai au 17 juin pour l’exposition « Il était deux fois ».

Pour cet événement, les deux artistes proposent de réunir leur travail puisqu’elle partagent un vif interêt pour la la photogravure qui allie deux pratiques qui leur sont chères : photo et gravure traditionnelle.
La photogravure sur film polymère est un procédé tout de même récent. Depuis trois années, il est devenu central dans leur travail. Si elles l’abordent chacune à leur manière, elles partagent outils, expériences et découvertes.

Laurence Briat a centré son propos sur l’ humain. Le temps, l’effacement, la mémoire, sont au coeur de ses préoccupations. Le corps est le support de son imaginaire. Ses gravures sont habitées de présences fragiles, dissimulées, d’absences perçues. On y trouve la mémoire de choses anciennes, les traversées tangibles du présent et les inquiétudes d’un devenir.

“Je cherche à faire se rencontrer des éléments disparates, à faire exister des tensions, des contradictions ouvertes que chacun peut lire à sa façon. »

Elisabeth Keh-Chalas privilégie les sujets intimistes inspirés par ce qui porte témoignage de l’abandon et de ses vestiges, ruines, intérieurs dévastés, fleurs fanées ou séchées. Sous forme de portfolios elle élabore au fil des gravures un patrimoine très personnel des lieux et sujets qui lui sont chers.

Les « choses de la nature » dans ce qu’elles ont d’éphémère et de prolifique ont aussi une part essentielle dans son travail. Au hasard de déambulations l’émotion, le choc visuel sont les premiers guides pour les objets glanés, les paysages photographiés ou « croqués » pour un travail ultérieur en atelier.

Les deux artistes présenteront aussi plusieurs gravures de grand format, autre moyen d’expression qui attise leur créativité.