Jean Pierson : « Quand je peins, j’exprime ce vers quoi j’aspire »

L'arrivée (100x73cm) PIERSONLes cinq cyprès (65x50cm) Bages (73x92cm)Scoubidou (100x73cm)

Jean Pierson est un fin technicien, un amoureux de la couleur et du détail mais c’est également un épicurien. Il aime peindre des lieux de vie méditerranéens, soumis à la douceur du soleil et aux journées grisantes des vacances d’été. Il est actuellement à l’affiche de l’exposition de la Galerie de l’Ancien Courrier à Montpellier. Nous l’avons rencontré.

Le retour du marché

Art dans l’Air : Vous exposez à la Galerie de l’Ancien Courrier à Montpellier. Quels sont vos liens avec la ville ?

Jean Pierson : Cela fait maintenant 20 ans que je suis installé dans le sud de la France. Après avoir fait mes études aux Beaux Arts de Paris, je suis parti m’installer à Béziers pendant 10 ans. Depuis la dernière rentrée scolaire, je vis avec ma famille à Narbonne où nous nous trouvons beaucoup mieux. Mon histoire avec la Galerie date de cette époque. Depuis, J’y expose régulièrement. Au début, c’était tous les ans et maintenant tous les 2 ans. C’est devenu une sorte de tradition que j’affectionne.

Art dans l’Air : Dans vos tableaux, vous avez une approche figurative, apaisante et hédoniste de l’imaginaire méditerranéen…

Quand je peins, j’exprime ce vers quoi j’aspire. J’aime passer des moments de convivialité autour d’un apéritif ou d’un repas. J’essaie de mettre en scène des lieux idylliques imaginaires qui laissent place à la projection. Le fait de se dire, on serait bien à partager un moment dans cet espace. La mer est sur toutes mes oeuvres. Elle fait partie intégrante de ma vie ici. J’aime la contempler, cela m’apaise.

Art dans l’Air : Quel est votre processus créatif, de la genèse à la finition ?

Avant de commencer une peinture, je l’imagine et je la crée en petit croquis. J’essaie de faire un premier jet très détaillé. L’idée est d’avoir tous les éléments de la composition calés en amont du travail de peinture. Je les transpose ensuite sur la toile que j’ai préparée avec une mixture à base de Terre et de colle.

Le fait d’avoir conçu l’architecture du tableau avant le véritable travail sur la toile me laisse une immense liberté pour me consacrer au nuances et aux textures des couleurs.

Art dans l’Air : Comment avez-vous développé cette approche très méthodique ?

Cette approche, je peux l’expliquer par mes études que j’ai effectué à Paris. J’ai commencé par rentrer aux Beaux Arts. En seconde année, j’ai décidé de mener un double cursus. Je me suis inscrit dans une école d’architecture. Ainsi, j’ai eu l’occasion de travailler sur plan, d’avoir une approche plus empirique et méthodologique que j’ai appliquée à mes créations artistiques.

Bleu

Art dans l’Air : Il n’y a pas de personnages sur vos tableaux…

C’est vrai. En fait ce que je veux, c’est que le spectateur se projette dans les lieux que je peins. Ce sont des endroits que j’imagine pour plusieurs personnes, qui rappellent le début des vacances d’été.  Si vous remarquez bien, il y a toujours des objets dans mes tableaux comme des sacs, des livres, des verres, des chaussures… Ils sous-entendent que les personnages de la scène passent du bon temps, qu’ils sont peut-être en train de se baigner.

Art dans l’Air : Vous êtes dans la peau du spectateur de votre exposition, quelle est votre réaction ?

Cela me donnerait envie de passer du bon temps. D’aller me jeter dans la mer avant de boire un apéritif.

Art dans l’Air : Des projets ?

Mes oeuvres seront exposées aux salons d’arts de Hong-Kong et de Singapour. Je suis également exposé à la Marine House Beer | Gallery à Londres.

Du 17 mars au 15 avril  – Galerie de l’Ancien Courrier – Montpellier