Paul Rey : « Ma vie de regardeur est bien remplie et je ne suis ni un naïf ni un théoricien »

Paul Rey est peintre autodidacte. Il expose actuellement à L’Espace Point de Vue de Lauzerte. Son travail de la série est récurent chez lui et met en lumière les techniques mixtes qu’il utilise au profit de créations humoristiques et décalées.

Art dans l’Air : Vous êtes actuellement exposé à l’espace points de vue de Lauzerte, que présentez-vous?

Paul Rey : Pour simplifier, je présente deux séries de peintures: une dont l’emblème pourrait être le citron ou l’agrume. Ce sont le plus souvent de grands formats peints à l’acrylique sur de la toile. C’est pas croyable tout ce qu’on peut exprimer avec des citrons. L’autre série est essentiellement constituée de petits formats et le maître mot est un sigle: OGM. Ce sont des portraits d’humains OGM du futur sur des supports de bois. Une prophétisation à base d’une technique mixte: acrylique, stylos billes, crayons aquarellables.

Vous travaillez beaucoup sur de la série, quel sens y donnez-vous?

Le travail par série (et pas en série) a de multiples avantages : tout d’abord la série donne une ligne formelle, un peu comme une marque de voitures sécrète une ligne stylistique pour des véhicules. L’esprit des concepteurs et celui des utilisateurs y font facilement leur nid.

Ensuite, lorsque la série est arrêtée, on peut procéder sans dommage et sans hésitation, souvent avec une satisfaction dynamisante, à un saut formel, à un changement de support ou bien d’outils, de technique, de format, de palette, etc… ce qui permet d’éviter de croupir indéfiniment dans les mêmes eaux, d’évoluer, de reprendre goût au repas en changeant le menu, en quelque sorte. Chaque nouveau départ stimule donc la création. On peut casser le moule.

Vous jouez beaucoup sur les nuances entre couleur et noir/blanc, réalisme et pop culture, quel est votre processus de création ?

La cohabitation – ou mieux, la symbiose – entre la couleur et le noir et blanc était au départ une sorte de challenge, de défi personnel. Ca me semblait à la fois ardu et excitant et je ne voyais pas tellement de plasticiens qui s’étaient attaqués à la question. Ca m’a par ailleurs permis de sortir par le haut et sans reniement d’une assez longue période de noir et blanc quasi exclusif. Quand on arrange sa maison, en général, on ne la rase pas jusqu’aux fondations, on construit en tenant compte de ce qui préexiste.

Vous êtes autodidacte. Pensez-vous que le fait d’apprendre seul est ce qui a de plus formateur ?

Ma vie de regardeur est bien remplie et je ne suis ni un naïf ni un théoricien. Qui peut dire de quel légume ou de quel fruit a été extrait tel ou tel atome de son corps ? De la même manière, je ne me revendique d’aucun mouvement particulier et je ne m’interroge pas sur mon métabolisme d’autodidacte.

La machine Rey ingère et produit grâce à une digestion personnelle des peintures tout aussi personnelles dont le visage, j’espère, touche les autres regardeurs. Bien sûr, être autodidacte prive aussi des raccourcis et ce que j’ai mis 40 ans à élaborer, d’autres auraient pu le faire en 10 ou 15 mais une bonne macération favorise parfois la concentration des arômes…

Pensez-vous que la politique à sa place dans l’art

La politique a une influence sur la création car elle conditionne le sort des artistes à un moment donné dans un lieu donné. Mais le champ  de la création est infiniment plus vaste que celui de la politique  – essentiellement occupée à régler les rapports des humains entre eux.

La création s’attaque poétiquement aux questions limites, aux questions énigmatiques qui touchent les humains au cœur et au ventre, elle les évoque, les convoque et s’abstient de donner – contrairement aux religions – des réponses péremptoires et orgueilleuses qui corsètent les consciences.

Vous êtes dans la peau du spectateur de votre exposition, quelle est votre réaction ?

Est-il vrai que l’art c’est bien trop sérieux pour qu’on cède à l’humour ? Alors voilà ce que j’inscrirais dans le livre d’or de l’exposition : « Paul Rey, j’en ai pris plein le citron de vos OGM ! »

Toutes les infos sur l’exposition à L’Espace Point de vue de Lauzerte