Pierre-Yves Leiser : « Toulouse Lautrec était iconoclaste et perturbant ».

Le Musée du bois accueille l’exposition le Nouveau Salon des Cent, hommage à Henri de Toulouse-Lautrec jusqu’au 24 juin. Elle réunit 100 artistes qui ont donné leur vision de l’univers du peintre. À cette occasion, nous avons rencontré Pierre-Yves Leiser, médiateur du musée. 

Art dans l’Air : Pouvez-vous nous parler de la genèse du Nouveau Salon des Cent ?

Pierre-Yves Leiser : Cette création originale date de 2001 et a été impulsée par l’imprimerie Escourbiac à Graulhet.  Elle fait écho au Salon des Cent créé par la revue littéraire La Plume en 1894.

À l’époque son directeur Léon Deschamps a offert une visibilité à la jeune avant-garde affichiste à travers des expositions annuelles qui comptaient 100 illustrateurs. Il faut souligner qu’à l’époque, ce domaine artistique était le symbole de la modernité, de l’alliance entre l’art,  l’industrie et le commerce. Toulouse Lautrec en faisait partie.

Le choix de la thématique et des artistes ? 

Le Nouveau Salon des Cent a choisi son nom et sa thématique en hommage aux affichistes et à Toulouse Lautrec qui est un des précurseur de l’affiche publicitaire.

Le choix des illustrateurs a été impulsé par un travail de réseau à travers un appel à candidatures international. Cent artistes ont été sélectionné pour donner leur vision de l’univers du peintre. La démarche a été une réussite puisqu’elle ne réunissait que des passionnés. Clin d’oeil plutôt intéressant, chaque artiste a introduit dans sa signature le nom de « Toulouse ». Cerise sur le gâteau, l’exposition a fait le tour du monde et nous avons la chance de la présenter à Revel aujourd’hui.

Pourquoi pensez-vous que Toulouse-Lautrec fascine toujours aujourd’hui ?

Le fait que Toulouse Lautrec était iconoclaste et perturbant joue encore sur sa notoriété. Aujourd’hui, il est considéré comme un des pères de l’affiche publicitaire et comme un maitre à penser pour les artistes qui font de la série.

Il a été visionnaire puisqu’il a pensé que ses créations en format affiche pouvaient être reproduites en série via les nouvelles techniques de l’époque. Il a fait du Warhol avant Warhol! Du coup, grâce à la large diffusion de ses oeuvres, il a eu une reconnaissance du grand public.

Votre ligne artistique au Musée ?

Le Musée est un espace patrimonial de meuble et de marqueterie mais c’est aussi un centre d’art contemporain. 60% de notre espace est d’ailleurs dédié aux expositions temporaires. À ce titre nous aimons accueillir des artistes qui travaillent le bois mais aussi des peintres, dessinateurs, verriers… Notre ligne et nos convictions font que nous défendons à la fois l’artisanat d’art et l’art contemporain.

Les prochaines actus du musée ?

Dès le 8 avril nous recevons l’exposition Arborescence de Ursula Caruel qui est graphiste et illustratrice et un Été au Musée de Annie Thérie à partir du 3 juin.